Transcription de la vidéo :

 
Nous étudions pour débuter, un cas concret, un client pour qui j’ai changé le nom et le secteur d’activité, ceci pour des raisons de confidentialité.
Nous l’appellerons ici OUTIL-BEC, une entreprise qui conçoit, fabrique et commercialise des outils de jardinage haut de gamme.
Cette entreprise fait environ 6 M$ de Chiffre d’Affaires par année.

 
Prenons l’exemple de l’un des produits d’OUTIL-BEC, la pelle ronde.
Celle-ci a un manche fait en fibre de carbone, la pelle elle-même est un alliage.
Par conséquent c’est un outil très léger, très robuste, polyvalent. On peut changer les embouts et mettre une pelle carrée par exemple.

Ces outils se vendent en moyenne 2 à 3 fois plus cher que les outils comparables en entrée de gamme.

Les ventes de ces produits se font principalement au Québec, avec une distribution comme suit :
– 70% des ventes dans le segment Centres de Jardins
– 15% sont achetés par des sociétés d’aménagement paysager
– 15% dans les grandes surfaces telles que RONA & HOME DEPOT principalement.

 
Depuis quelques semaines, RONA a approché OUTIL-BEC et lui a demandé l’exclusivité d’une gamme de produits maison qui serait commercialisée sous la marque RONA.
On parle d’une dizaine d’outils parmi les plus populaires de l’entreprise.
La particularité est que RONA ne veut pas vendre ces articles plus de 1.5 à 1.7 fois de leurs outils entrée de gamme.

Exemple : Si une pelle ronde se vend 20$, RONA souhaite vendre les outils haut de gamme pas plus cher que 30 à 35$.

 
L’avantage que RONA propose à OUTIL-BEC est que, avec la qualité de ces outils haut de gamme, leur vente peut générer un chiffre d’affaires de 5 à 7 M$.
Cela veut dire qu’OUTIL-BEC pourrait doubler en l’espace d’une année son volume d’affaires.

 
Nous poursuivrons cette étude de cas dans la prochaine capsule.